La VW Agribus se trouve dans une forêt.

Sur l’Agribus de Monte San Vito, dans les oliviers de Tortoreto 

Sur l’Agribus de Monte San Vito, dans les oliviers de Tortoreto 

Nous avons mangé des asperges sauvages, nous avons appris beaucoup de choses sur les fruits à bord d’une remorque de tracteur, nous avons grimpé dans des oliviers et nous avons appris combien de temps il faut pour faire un prosciutto crudo. Dans les régions plus méconnues des Marches et des Abruzzes, nous avons visité des lieux moins fréquentés mais charmants et avons ainsi découvert l’Italie sous un nouveau jour.

Texte et images: Paolo De Caro, cofondateur de Nomady

Une avant-saison agréable

Seuls les préparatifs laissent entrevoir l’ambiance qui règne ici en été. Mais au printemps, à part la planification qui bat son plein, il n’y a pas beaucoup d’agitation. Pas de mer de parasols, pas d’attroupements en tongs, pas même un petit concert de klaxon. En prenant un expresso au bar à expresso accueillant et déserté, on ressent la sérénité qui règne en Italie au printemps. Mais pour l’agitation et les foules de touristes, nous serions probablement au mauvais endroit, même en été. Mais reprenons les choses dans l’ordre.

Un bar de plage vu de l'intérieur.
Un bateau rouge amarré sur une plage de sable.

Arrivée à Senigallia

Après une halte dans le Piémont et quelques heures de route, nous avons bien mérité une expresso dans la ville côtière de Senigallia dans la région des Marches. Il y a peu de gens sur la plage. Les coquillages n’ont pas encore été ramassés et les châteaux gonflables sont encore emballés. Un lieu hors du commun et un bon point de départ pour faire à nouveau connaissance. Avec l’Italie.

Le tour sur la remorque du tracteur

En partant de la mer, le chemin mène à l’intérieur des terres. Nous visitons le Camp Frutteto del MonteOuvrir un lien externe. Nous sommes chaleureusement accueillis par Alessio, sa mère Maria et ses six chiens. Peu après, on nous montre des fleurs, nous examinons des arbustes et nous cueillons des asperges sauvages. Ces dernières sont ensuite préparées par Maria qui cuisine une délicieuse «fritata» pour le diner. On comprend vite qu’ici on vit avec et de la nature. Alessio est conscient de sa responsabilité envers elle et transmet donc volontiers son savoir. Il le fait aussi régulièrement pour les élèves du village voisin sous la forme d’une visite guidée. Le lendemain matin, nous profitons de cette balade amusante et intéressante sur la remorque de son ancien tracteur Fiat. Bien habillé et vêtu d’une veste, l’agriculteur bio nous explique quelles sont les variétés de fruits, comment les campeurs l’aident à récolter et le travail que représente la taille annuelle des oliviers.

Un homme qui montre des fleurs sur un arbuste.
La VW Agribus se trouve entre deux oliviers.

Grimper dans les oliviers

Bien nourris et bien informés, nous reprenons notre voyage le lendemain. Nous nous dirigeons vers le sud. C’est au sommet d’une oliveraie à Tortoreto, dans les Abruzzes, que nous trouvons notre prochain campement. L’hôtesse Simona nous attendait et nous accueille avec un vin de dessert traditionnel des Abruzzes et des biscuits. Cela agrémente l’ambiance déjà dorée de la soirée. Au milieu des oliviers, nous installons notre campement. Non loin de là, Mauro est toujours occupé à grimper dans les oliviers pour tailler les branches. Les pousses de l’année précédente sont élaguées et les pointes des branches sont coupées. Cela favorise la pousse de nouvelles branches latérales. Simona et Mauro sont la première génération à diriger leur exploitation bio. Cela leur tient à cœur. On le remarque d’emblée à travers leur gestuelle pour expliquer l’artisanat fascinant à l’origine de leur produit de qualité. Après une nuit étoilée et froide sur le campement, une vue imprenable sur les sommets des Apennins s’offre à nous le matin.

Prosciutto Crudo

Nous atteignons le point le plus au sud de notre voyage et reprenons le chemin du retour. Mais avant de rentrer définitivement à la maison et aussi parce que nous aimons que les étapes soient courtes, nous faisons encore une halte au Camp Ca’ LicozzoOuvrir un lien externe. Dans cet Agriturismo polyvalent à l’intérieur des terres, on devine très vite l’engagement des hôtes. Un four à pizza, un barbecue, une aire de jeux, un parcours pour chiens et bien d’autres choses qui rendent la vie de camping très agréable ont été aménagés ici pour différents groupes cibles. Ce n’est pas un hasard non plus si l’aire de camping dispose également d’une salle de dégustation de vin et de sa propre boucherie. La transformation de la viande est sans doute la plus grande passion de Marco. C’est avec fierté qu’il présente un jambon cru qu’il a fait macérer avec un mélange d’épices de son cru et qui doit sécher pendant près d’un an avant d’être consommé. Un produit de qualité absolue, comme il le dit.

Une table dressée devant le VW Agribus.

Adieu aux anciennes connaissances renouées

Nous avons fait à nouveau connaissance avec notre voisin du sud. Nous n’avons pas seulement découvert des lieux méconnus et peu fréquentés, nous avons aussi connu l’Italie au printemps. Il y fait un peu plus froid, mais pas aussi chaud que dans sa version plus tardive. Les gens sont détendus, chaleureux et ont un peu plus de temps.

Route de Normady en Italie

Les camps mentionnés et bien d'autres sont disponibles sur nomady.chOuvrir un lien externe