Transporteur pour chevaux vu de face à côté Chevaux dans un pré

Le transporter qui murmurait à l’oreille des chevaux –un fourgon emblématique pour le transport hippique

Le transporter qui murmurait à l’oreille des chevaux –un fourgon emblématique pour le transport hippique

Le métier de Gabriel Grunder consiste à transporter les chevaux d’autres personnes – à bord d’un transporter de VW Véhicules Utilitaires spécialement transformé. Et cette clientèle quadrupède pose sans cesse de nouveaux défis à l’Argovien

Texte et photos Dominique Zahnd

La route est le terrain de jeu de Gabriel Grunder. Pendant des années, il a transporté les marchandises les plus diverses à travers l’Europe en tant que chauffeur de poids lourd. Puis, il a travaillé comme chauffeur de car postal à Brugg (AG), conduisant chaque jour ses passagers en toute sécurité à leur destination.

Il transporte à présent des animaux. C’est son cheval Caruso qui lui a inspiré cette nouvelle vocation. Il faut s’armer de beaucoup de patience pour convaincre le Franches-Montagnes, aujourd’hui âgé de huit ans, de monter dans une remorque. Mais Gabriel Grunder a le don d’apaiser rapidement les animaux et de leur communiquer un sentiment de sécurité. Un talent qu’il conjugue professionnellement depuis 2015 avec sa passion pour la conduite automobile dans son entreprise de transport équestre «Caruso Pferdetransport».

Un transporter taillé sur mesure

Il réalise la plupart de ses missions avec un transporter qui a été transformé par différents partenaires selon ses propres plans et au prix d’efforts considérables – la cabine tractrice d’origine provenant de l’usine VW Véhicules Utilitaires en Pologne. Le châssis est en aluminium et la présence d’un deuxième essieu arrière assure une stabilité accrue. Les dimensions extérieures du fourgon sont imposantes: 6,7 mètres de long et 2,35 mètres de large. 

Afin de faciliter la montée à bord des chevaux, la rampe de chargement est recouverte d’un matériau antidérapant. Grâce à la hauteur de la superstructure, nos chers quadrupèdes profitent d’un voyage paisible avec beaucoup d’espace pour la tête et du fait que la superstructure est ventilée et isolée. Les fenêtres latérales sont légèrement teintées, ce qui assure une luminosité agréable et ménage les yeux sensibles de ces animaux. Ce genre de détails montre bien à quel point Gabriel Grunder connaît les besoins de sa clientèle équine.

Gabriel Grunders fait sortir un cheval de la camionnette
Gabriel Grunder accroche un filet à foin rempli de foin dans l'habitacle de la camionnette.

Il transporte souvent des chevaux à une nouvelle écurie, vers un site de vacances ou à la clinique vétérinaire pour soigner des coliques ou des blessures au pâturage. «Mais il m’arrive aussi de transporter des ânes, des moutons, des lamas et des cochons», explique ce chauffeur pour animaux. Aujourd’hui, son travail le conduit au Föhrenhof à Endingen (AG).

Avant de prendre le départ à Schinznach, où est stationné le fourgon, Gabriel Grunder inspecte encore une fois le véhicule – à la manière d’un pilote qui passe en revue sa check-list avant le décollage. De la batterie à l’huile: tout est inspecté point par point. Il jette ensuite un coup d’œil à l’intérieur de la superstructure. Elle est déjà nettoyée et recouverte de paille. Il a suspendu un filet à foin fraîchement rempli au cas où le cheval aurait un petit creux sur la route. Sans oublier les indispensables friandises et, naturellement, de l’eau.

À sa descente du transporter au Föhrenhof, il est aussitôt accueilli par une horde de chiens. La directrice de l’exploitation, Karin Keller, accourt à sa rencontre et le salue chaleureusement. Pendant ce temps, sa nièce Lynn, qui apprend l’équitation ici, va chercher Cordial à l’écurie. Pour le Franches-Montagnes, une visite chez le maréchal-ferrant est prévue au programme.

Caméra de surveillance à l’intérieur de la superstructure

Le cheval se laisse conduire sans broncher dans le fourgon ouvert. Ce n’est pas toujours le cas: «Une fois, cela m’a pris quatre heures et demie de faire monter le cheval à bord, mais c’est heureusement une exception», raconte Grunder. Une fois Cordial bien attaché, Lynn lui tend une pomme en guise de récompense. Le chauffeur ferme la rampe de chargement, s’assied derrière le volant et jette un coup d’œil de vérification sur l’écran à côté de lui. Grâce à une caméra installée dans la superstructure, il sait toujours ce que fait le cheval.

Le trajet jusqu’au maréchal-ferrant ne dure qu’une demi-heure. Mais Gabriel Grunder n’en est pas moins très concentré. «Je prends ma responsabilité très au sérieux», explique-t-il. «Le bien-être de l’animal est toujours la priorité absolue.» Il lui tient à cœur d’offrir aux chevaux de ses clients le meilleur confort possible. Cela implique notamment un style de conduite tranquille à une vitesse appropriée.

Le cheval en construction est visible à travers un moniteur
Gabriel Grunder

Il lui arrive souvent d’accepter des missions qui dépassent les frontières nationales. Par exemple à Hambourg, Paris, Milan ou encore Majorque. Tout doit se dérouler à la perfection – du remplissage correct des documents de transport pour la douane jusqu’à la planification détaillée de l’itinéraire. «Le voyage aller-retour jusqu’à Palma de Majorque a duré une semaine», raconte-t-il. Comme les chevaux ont besoin de faire régulièrement des pauses, les séjours en pâturage et en écurie sont fixés à l’avance.

Quand on voit la tendresse avec laquelle Gabriel Grunder s’occupe de ses passagers à quatre pattes, on comprend vite que son métier est une affaire de cœur. C’est pourquoi il effectue également des transports pour les associations de protection des animaux à titre bénévole – et transporte des chevaux négligés et frappés durement par le destin vers un avenir meilleur. 

Brève apparition à la télévision

Au cours des deux dernières années, son transporter a parcouru plus de 130 000 kilomètres. Grâce à une bonne publicité de bouche à oreille, la notoriété de la société «Caruso Pferdetransport» ne cesse de croître. Et une brève apparition à la télévision a également contribué à cet engouement. Au printemps, il a été contacté par l’équipe de production de l’émission «Bauer, ledig, sucht ...». Une candidate ne voulait pas voyager sans ses deux chevaux pour un rendez-vous d’une semaine à la ferme. Alors Gabriel Grunder est venu à la rescousse.

Entre-temps, Cordial a terminé sa pédicure et retourne en trottinant dans le fourgon, avec les sabots retapés à neuf. Le voyage de retour se déroule également sans encombre. Le cheval hennit déjà d’impatience en voyant le hayon du transporter s’abaisser au Föhrenhof. Il a en effet repéré Lynn, neuf ans, qui attend son cher compagnon quadrupède avec une autre pomme dans la main.

Transformation sur mesure

Chaque industrie a des exigences particulières en matière de véhicules utilitaires. Les plombiers et les électriciens ont besoin d’un atelier mobile, alors qu’une entreprise de construction optera plutôt pour un pont basculant à trois côtés. Les 27 partenaires suisses de transformation de VW Véhicules Utilitaires sont là pour aider les entreprises à déterminer le modèle qui leur convient le mieux (voir lien Internet). «Ils ont accès à un configurateur de transformation exclusif», explique Martin Buchser, Conversion Manager VW Véhicules Utilitaires chez AMAG Import SA. Les plateaux en aluminium, les caissons de fourgon et les aménagements intérieurs sont notamment très prisés. Mais il y a aussi des partenaires spécialisés dans les barres de toit, la pose de pédales d’accélérateur, les marchepieds ou l’aménagement de véhicules d’intervention.

Véhicule de transport de chevaux Caruso visible de l'avant à droite et à gauche, des chevaux dans un pré.